• Etape 7 : mes premières montées de folie. J'ai donc choisi de faire plus long

    Me voici arrivée à Dompierre les Ormes, plus exactement au gîte la Roulotte de la Faye et je suis encore une fois accueillie merveilleusement !

    Etape 7 : mes premières montées de folie. J'ai donc choisi de faire plus long

    Marina m'ouvre la porte de sa caravane tellement jolie et bien aménagée à l'intérieur, avec même une pleine assiette de cookies.

    Etape 7 : mes premières montées de folie. J'ai donc choisi de faire plus long

    Mais quelle chance j'ai de rencontrer de si belles personnes, des gens qui ont le sens de la solidarité, du partage, de l'engagement, c'est tellement précieux !

    Alors voilà ce soir, je ne vais pas monter ma tente, et étant donné le temps orageux, j'en suis ravie.

     

    Je suis partie ce matin pas très tôt car je me suis offert pour la première fois un vrai petit déjeuner préparé par Margit du village Toue des Demoiselles, ça fait du bien de prendre un café croissant, ouh la la !

    Etape 7 : mes premières montées de folie. J'ai donc choisi de faire plus long

    J'ai quitté ma maison magique avec regret, mais je crois que je vais revenir, c'était super bien.

    Le début de mon trajet était facile puisque j'avais 12 km le long du canal latéral de la Loire, jusqu'à Paray le Monial.

    Les gens sur leurs péniches me saluaient tout le temps, les pêcheurs aussi.

    J'ai aimé la péniche nommée "Joie de Vie", quel joli nom !

    Etape 7 : mes premières montées de folie. J'ai donc choisi de faire plus long

    A Paray le Monial, j'ai eu plein d'aventures :

    J'ai discuté assez longtemps avec une femme qui me parlait d'écologie et de simplicité, j'ai croisé un orchestre d'hommes de fer, un jeune homme qui faisait son jogging s'est arrêté et on a parlé de voyage, parce que les voyageurs s'attirent comme des aimants, c'est drôle ! Il a fait un grand voyage en Asie du Sud-est, son frère jumeau vient de partir pour un an, moi j'ai raconté notre grand voyage aussi  et les aventures de notre fiston baroudeur. C'était super de pouvoir arrêter le temps comme ça !

    Etape 7 : mes premières montées de folie. J'ai donc choisi de faire plus long

    J'ai ensuite eu un appel de mes amis de l'Epiplette, l'épicerie participative, pour m'encourager avant les montées, c'était super émouvant.

    Avec tout ça je n'avais pas beaucoup avancé, j'ai attaqué les collines un peu tard, aux heures les plus chaudes. Mais c'était beau !!

    Etape 7 : mes premières montées de folie. J'ai donc choisi de faire plus long

    A ma pause du midi, à Chabrolles, j'ai vu que le ciel commençait vraiment à devenir orageux alors j'ai continué.

    C'était tellement dur !

    Certaines côtes étaient si raides que j'ai dû descendre de vélo, Mr Google maps m'avait prévu une route qui en fait était un chemin dans les orties qui débouchait sur rien, puis j'ai déjoué un autre plan qui m'aurait offert un raccourci très hasardeux, sur une crête et avec l'orage au dessus

     

    Ce soir je savoure le repos, il faut que je sois en forme pour l'étape de demain vers Mâcon. 

    Je pédale en pensant à toutes les personnes atteintes de sclérose en plaques, à tous ceux qui ont besoin d'aide pour supporter leur maladie en gardant le moral et la force d'avancer malgré tout. 

    Oui c'est dur ce que je fais mais pas aussi difficile que ce que vivent les malades. Alors je continue jusqu'au bout !


  • Commentaires

    1
    Marie-Françoise
    Dimanche 26 Mai à 09:25

    Bravo Bravo Béa   . Courage pour les côtes un peu dures ... C’est tellement super ce que tu fais . 

    Mille merci pour tous ceux pour qui tu pédales .    Gros bisous .Marie- Françoise 

    2
    Dimanche 26 Mai à 22:10

    rci beaucoup pour ton message !
    Tout va bien et je suis en forme, je vais y arriver !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :